Adrien Nil

Adrien Nil

Le blog de Vertron, avec des tas de trucs dessinés.

Journal strip 22

Publié par Adrien Nil sur 28 Octobre 2007, 15:45pm

Catégories : #Journal d'Adrien Nil

Dans notre recherche des moyens pour survivre, nous devons nous efforcer à chaque instant de trouver le juste milieu entre les connaissances théoriques que nous possédons sur le monde, et la nécessité de tout oublier pour réagir de manière plus instinctive et plus saine face à toutes les difficultés qui se présentent. A ce jeu de l’amnésie volontaire, je dois reconnaître que Nelsia est infiniment plus forte que moi.
Fichier hébergé par Archive-Host.com


Commenter cet article

miriel:0091: 10/11/2007 10:24

Excellent......

Adrien Nil 11/11/2007 00:00

Merci de me le faire croire.Adrien

christophe cousin 29/10/2007 15:23

Mon dieu! Adrien Nil, c'est donc là que je vous retrouve, après de si nombreuses années ! (et pourquoi dans un désert? En dépit des présentations liminaires, je vous soupçonne d'y chercher les trésors ensevelis de quelque civilisation disparue ou la source enfouie de je ne sais quel fabuleux fleuve -dans un désert quelle curieuse idée, mais les intuitions d'explorateurs ne peuvent-elles sembler surprenantes au moins autant que leurs motivations à qui voyage peu?)

En tous cas c'est un plaisir que de pouvoir recevoir avec angoisse des nouvelles de vos aventures déplorables au jour le jour; exilé au désert au milieu des huées d'une Nelsia, vous surprenez déjà avec les couleurs hebdomadaires contrastant avec les petits désagréments en noir et blanc de la vie quotidienne à deux des explorateurs.
Je ne manquerai pas, à présent que je sais enfin où vous êtes - enfin à peu près, le désert est vaste-, de brancher mon récepteur d'images pour avoir de vos nouvelles.

Mamebacbeff

6 troncs 29/10/2007 11:40

j'adore cet humour décalé entre réalité et poésie; la poésie justement du lundi apporte quelque chose en +; les petits malheurs de la vie quotidienne dans le désert/l'appartenance à l'espèce et parfois de profondes pensées philosophiques sont un régal; on en veut encore!